Une poule sur un mur …

C’est probablement un des premiers modèles tricot de la Droguerie. C’était en 1975 que ce pull over paraissait dans 100 idées.

J’ai toujours voulu le tricoter pour un de mes enfants et ce n’est que le mois dernier que j’ai entrepris de le tricoter pour mon petit fils. Une poule grise au devant une noire dans le dos … Il me rappelle tous les autres pulls jacquards que j’ai tricoté avec les modèles de la Droguerie et ça me rajeunit …

Je me suis procuré le kit à la Droguerie à Paris mais j’ai trouvé que la couleur du fond était trop rose, j’ai donc employé  la mérinos d’Anny Blatt, coloris Ruban.

Si le modèle vous plait vous pouvez le commander ICI. C’est le pull “Picoti, Picota …”.

 

Un alphabet de la Mode Illustrée

La Mode Illustrée a paru de 1860 à 1937. J’ai deux années reliées datant de 1871 et 1873, années charnières historiquement : fin du Second Empire et début de la IIIe République.

J’aime toujours les feuilleter, je découvre chaque fois des nouveautés, si l’on peut dire : corbeilles à ouvrages, coussins au point, broderie pour paroissien, chapeaux à rubans et voilette, éventail oriental, corsages à basques et à revers, jupons en mousseline, paletots en molleton de laine, robes de baptême, fichus en crêpe de chine, passementerie, écritoire de voyage, ménagère à aiguilles, pelote brodée, costume en Faye, toilettes de soirées, broderie au point russe -je n’ai jamais trouvé ce qu’était le point russe-, châle tricoté, point jarretière (ça c’est le point mousse), enfin vignettes pour mouchoirs, filet brodé.

La Mode Illustrée1

 

IMG_5956

IMG_5952

La description des tissus me ravit toujours : des grenadines légères comme les fils de la Vierge, avec de minces rayures satinées semblables à des éclairs traversant un nuage; des batistes nuance bois presque aussi légères que de la gaze de soie, avec des rayures blanches brochées de marguerites…

Je ne vais pas jusqu’à lire la petite princesse des Bruyères, ni Gisèle comtesse d’Empire, quoique … je me suis cependant renseignée sur celle qui écrivait les feuilletons : une jeune allemande E.Marlitt, devenue sourde qui ayant dû interrompre sa carrière musicale s’était tournée vers l’écriture. Mais ne nous éloignons pas trop de nos ouvrages de dames.

Enfin j’ai découvert  un joli alphabet que j’ai scanné au départ pour montrer à ma petite fille de jolies lettres. Elle aussi, comme moi, aime les alphabets, les colorier ou les dessiner.

IMG_5824

 

Puis à l’heure où le coloriage est de nouveau à la mode j’ai colorié le A, puis j’ai pensé en faire un transfert sur tissu.

1962998

Ce sera donc au choix : les colorier, les broder (au point de tige ou au passé plat), les imprimer.

IMG_5796-002

Si d’autres lettres vous plaisent j’en scannerai d’autres en bonne définition. Laissez moi un commentaire en m’indiquant vos préférences..

Amusez vous !

 

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Un paletot

Dans une vieille maison familiale sur les bords de l’Atlantique j’ai récemment découvert une pile de “Chasseur Français” des années 40.

Des modèles de layette tout d’abord que j’ai trouvé particulièrement charmants et dont j’ai entrepris la réalisation en ce début du mois d’octobre.

J’ai choisi un modèle de paletot, nom un peu désuet, mais qui sera la petite veste indispensable à tout trousseau de nouveau-né. Il est facile à réaliser (d’une seule pièce, donc peu de coutures) et rapide aussi sans être monotone à tricoter avec un point fantaisie que je n’avais jamais tricoté.

Je vous offre les indications de ce point :

1er rg : *2 mailles à l’endroit, 2 mailles à l’envers * répéter toujours entre * et *

2e rg : tout à l’envers

3e rg : *2 mailles envers, 2 mailles endroit *répéter toujours entre * et *

4e rg : tout à l’envers

Les explications de ce modèle sont à télécharger à la Boutique pour 3 €.

Le modèle est prévu pour une taille unique de 3/6 mois.

Paletot

 

 

La brocante de la rue Saint Laurent

C’est sur cette brocante que j’ai commencé à chiner il y a quelques années. L’ambiance y est toujours sympathique, brocanteurs et particuliers se mêlent.  Ce quartier est le plus ancien de Grenoble, il rappelle les villes méridionales et a été le quartier des italiens au 19e siècle.

Il ne faisait pas très beau dimanche mais très doux et je me suis régalée à arpenter les quais et la rue Saint-Laurent. Voilà un petit aperçu pour donner envie aux tourangelles de venir à Grenoble.

brocante de la rue Saint Laurent

De cette belle brocante j’ai ramené de vieux journaux :

– un “Cahier du Jardin des Modes” 1981 avec de beaux modèles de layette : notamment un modèle de couverture en laine zéphir toute légère et un patron de couverture en Liberty.

Jardin des Modes

– quelques “Mon Ouvrage” des années 30, où j’ai trouvé les modèles de deux jolies petites robes, une revue de tricot de ces années là avec une cape au crochet (assez simple mais amusante sûrement à crocheter) et une “liseuse” que je trouve tout à fait intemporelle.

Journal de tricot

– un “Modes et Travaux” 1954 avec de jolis dessins de modèles couture pour enfant, un modèle de gants au tricot et un trousseau pour poupon, le fameux poupon Michel qui vient d’être commercialisé et dont Françoise, la poupée du journal annonce la naissance…

Pour quelques euros je me suis vraiment fait plaisir !

Modes et Travaux 1954

En rentrant je suis passée par le Jardin de l’Hôtel de ville où de beaux rosiers fleurissent, pour me rappeler les jardins de Touraine et parce que j’aime ce jardin où le souvenir de Stendhal demeure.

Jardin de l'Hotel de ville

 

Les Doigts d’Or

Tous vos commentaires et messages au sujet du couvre-lit d’Elise m’ont donc confortée dans l’idée qu’il s’agit bien de crochet. Catherine m’a envoyé un modèle de fleur se rapprochant beaucoup du modèle d’Elise, ainsi que du modèle des nopes au crochet. Je vais faire des essais et vous en reparlerai. Continuez de m’envoyer des modèles si vous en trouvez. Merci à vous toutes. J’ai cherché moi aussi dans mes anciennes revues et dans les “Doigts d’Or”.

C’est une encyclopédie dont j’avais acheté chaque semaine un numéro depuis le premier numéro paru la semaine de la naissance de mon fils aîné en 1976. Hélas, lors d’un déménagement j’avais oublié dans une cave ma collection. J’ai pu récemment me la procurer à nouveau sur e-bay.

Ce fut pour moi un grand plaisir, que de souvenirs et que de modèles oubliés : un alphabet au point de chainette dont j’avais brodé quelques lettres sur un drap d’enfant, des jours, des carrés de tissus crochetés et assemblés en patchwork … mais nous reparlerons de tous ces modèles.

Doigts d'or2

Aujourd’hui je vous montre les maniques ou plutôt les “poignées attrape-plats” redécouvertes dans le premier numéro des Doigts d’Or. Je les ai crochetées ces vacances. Elles sont très simples à réaliser (en mailles serrées), c’est un petit ouvrage à emporter et dont réalisation est rapide. J’ai un peu aménagé le modèle et je vous l’offre ICI.

Doigts d'or 1