La brocante de la rue Saint Laurent

C’est sur cette brocante que j’ai commencé à chiner il y a quelques années. L’ambiance y est toujours sympathique, brocanteurs et particuliers se mêlent.  Ce quartier est le plus ancien de Grenoble, il rappelle les villes méridionales et a été le quartier des italiens au 19e siècle.

Il ne faisait pas très beau dimanche mais très doux et je me suis régalée à arpenter les quais et la rue Saint-Laurent. Voilà un petit aperçu pour donner envie aux tourangelles de venir à Grenoble.

brocante de la rue Saint Laurent

De cette belle brocante j’ai ramené de vieux journaux :

– un “Cahier du Jardin des Modes” 1981 avec de beaux modèles de layette : notamment un modèle de couverture en laine zéphir toute légère et un patron de couverture en Liberty.

Jardin des Modes

– quelques “Mon Ouvrage” des années 30, où j’ai trouvé les modèles de deux jolies petites robes, une revue de tricot de ces années là avec une cape au crochet (assez simple mais amusante sûrement à crocheter) et une “liseuse” que je trouve tout à fait intemporelle.

Journal de tricot

– un “Modes et Travaux” 1954 avec de jolis dessins de modèles couture pour enfant, un modèle de gants au tricot et un trousseau pour poupon, le fameux poupon Michel qui vient d’être commercialisé et dont Françoise, la poupée du journal annonce la naissance…

Pour quelques euros je me suis vraiment fait plaisir !

Modes et Travaux 1954

En rentrant je suis passée par le Jardin de l’Hôtel de ville où de beaux rosiers fleurissent, pour me rappeler les jardins de Touraine et parce que j’aime ce jardin où le souvenir de Stendhal demeure.

Jardin de l'Hotel de ville

 

Vide-grenier des Trésors de boites à couture

Un peu frustrée de ne pouvoir faire de brocantes, vu le temps, je déballe sur le site… des fiches, fascicules, catalogues, magazines et trésors de boites à couture.

Si vous êtes intéressées, contactez- moi en m’indiquant la ou les références des produits désirés, produits que je vous réserverai tout de suite.

En retour je vous proposerai un devis comprenant les frais postaux et la marche à suivre pour obtenir vos achats.

Dans l’ensemble, les produits que je vous propose sont en bon état, quelquefois neufs.

Si l’état est un peu défraichi ou utilisé, je l’indique sur le produit.

Les produits sont uniques, je n’ai pas de stock ….

Mes prix sont IMBATTABLES ! Faites vous plaisir …

Fiches de modèles point de croix datant des années 1990 : deux feuillets format A4.

VENDU

 

Fascicules américains années 1990 :

 

VENDU

VENDU

VENDU

Des catalogues de tricot :

VENDUS

 Une reliure de vieux journaux :

VENDU

Des sachets contenant des chutes de tissus Liberty (Tana Lawn) : quatre morceaux d’au moins 15 cm x 25 cm, et un bouton fleuri.

VENDU

Des oeillets porte-dés ou clés que j’ai réalisés moi-même au crochet.

 

RESERVE

Encore des porte-dés, enfin de petits sacs en lin (que vous pouvez broder) où j’ai transféré des images et à l’intérieur desquels vous trouverez de petites surprises : boutons ou bobine ancienne ou coupon de Liberty (30 cm x30 cm).

 

 

La soie

Les 4, 5 et 6 décembre la manufacture de soieries Le Manach ouvrait ses portes une dernière fois quai Paul Bert à Tours. Je n’avais pu y aller mais on a fait quelques achats pour moi ( merci Ray) et je suis ravie d’avoir ces bobines en bois avec leur soie si fine et dont la couleur est encore si chatoyante.
Aura-t-on un musée de la soie à Tours ? Il faut espérer que nos dessins, nos savoir-faire et notre patrimoine restent dans la région…

La manufacture de soieries Le Manach, héritière d’une longue tradition, a été fondée en 1829. Je me suis souvenue qu’on m’a offert il y a quelques années une broderie au petit point avec de la soie sur une soie et qui date de ces années là. C’est un petit paysage dans le style de ceux la fin du XVIIIe siècle qui a été brodé par quatre mains : quatre soeurs qui ont signé de leur monogramme entrelacé. Les points sont si fins qu’on à du mal à les distinguer. Je voulais recopier le dessin ou la frise mais je n’ai pas pu… La soie qu’elles avaient employée devait être vraiment très fine sûrement comme celle qui était sur les bobines de la manufacture Le Manach.