Depuis six ans j’anime ce blog des trésors de boîtes à couture, auparavant certaines d’entre vous ont été mes clientes, ont assisté à mes cours et je ne pense pas avoir la réputation de voler les modèles des créatrices.

Le 15 septembre je proposai quatre projets pour broder ensemble au long de l’année un projet et ce à partir de modèles que je pensais libres de droit. Comme vous avez pu le constater j’ai un peu de documentation : de vieux “burda spécial point de croix” où l’on trouve des photos d’anciens marquoirs quelquefois les grilles (pas toujours) et dont certaines ayant été retranscrites dans les années 80 ne sont pas toujours de mon goût. En effet tout en restant dans l’esprit de ces anciens marquoirs il peut y avoir des interprétations différentes, c’est souvent à partir de motifs anciens que s’exerce notre créativité pour autant que l’on ait le droit d’interpréter ces modèles qui datent de plus de cent ans …

P1080534

Madame Taterra aurait donc acheté les droits de ce marquoir paru sur ce journal Burda et donc personne n’a le droit de reproduire, de photographier, je pense, ce modèle qui somme toute fait partie d’un certain patrimoine culturel européen. Dont acte, cependant je vous montre ce fameux journal que vous pouvez même vous procurer sur e-bay ou Price Minister : il s’agit du numéro E 376 Spécial burda point de croix. J’ai peut-être encore le droit de vous informer …

P1080532

Je vous avais aussi proposé un alphabet fleuri. Cet alphabet était paru aussi sur un Spécial burda Abécédaires au point de croix. Là encore,Madame Taterra en aurait acheté les droits de cet abécédaire ancien (époque Biedermeier comme je vous le disais).

Je pense que vous pourrez vous procurer ce journal pour quelques euros sur une brocante.

P1080579

P1080573

Je ne conteste pas le fait que cette personne ait acheté ces droits d’exploiter ce modèle, seulement qu’elle le fasse savoir sur les réseaux sociaux, de façon fort peu aimable, au lieu de me contacter personnellement me semble parfaitement insupportable.

J’ai toujours été très réceptive à toute demande même si elle n’est pas toujours justifiée.

Ainsi Gigi Ries m’avait  demandé de ne pas vous offrir gratuitement un arbre de vie paru lui aussi dans un spécial burda “les plus beaux dessins d’art populaire”. Et j’avais entendu le message à l’époque.

Aujourd’hui elle se permet de faire entendre, sur le même réseau social que je ne suis pas très honnête : là cela pourrait s’appeler de la diffamation.

P1080616

P1080617-002

Je ne suis pas contre les droits d’auteur quand il s’agit de véritables créatrices, celles qui dessinent leurs modèles comme nous en connaissons de nombreuses. Par contre je trouve que des modèles qui font partie d’un patrimoine pourraient être interprétées différemment à  toutes les époques.

On ne comprendrai pas pourquoi un interprète de Mozart pourrait acheter le droit d’interpréter une partition de Mozart.

Heureusement pour nous toutes Frédérique Crestin-Billet, détentrice de la marque Sajou, ne brandit pas son Copyright chaque fois qu’un ancien modèle Sajou parait sur le net ou ailleurs. Les livres de point de croix de toutes sortes regorgent de grilles Sajou interprétées, retranscrites, colorisées… et c’est tant mieux.

Une photographe bien connue, Marie Laure de Decker s’est vue dépossédée de ces propres photos et mise devant les tribunaux pour une histoire de droits rachetés par l’agence Gamma-Rapho. Elle a perdu le procès.

A ce sujet le créateur de la marque “Points Contés” qui avait créé la grille du fameux abécédaire de Bécassine que vous m’avez souvent demandé lui aussi s’est vu enlever le droit de commercialiser son modèle par les éditions Gauthier-Langureau, détenteurs des droits de Bécassine. Et ce alors que le dessinateur de Bécassine était décédé et sans héritier. Aujourd’hui encore ce modèle ne peut être retranscris car c’est Hachette qui a racheté les Editions Gauthier-Languereau.

Ce sont, je trouve, les limites du Copyright.

Cependant je respecte les lois de mon pays et ne pourrait donc pas vous offrir ces modèles.

De plus Madame Taterra me fait savoir que le modèle  trouvé sur le livre “The Sampler Book” est en vente dans une boutique en Allemagne. Vous n’aurez donc pas droit non plus au marquoir daté de 1793, et ce même si la boutique concernée ne m’a pas contactée.

Mais là aussi vous pourrez vous procurer ce livre d’Irmgard Gierl sur Amazon. Il contient la photo et certaines grilles de ce marquoir. Vous n’aurez pas mes couleurs et ma composition mais je suis sûre que certaines pourront se lancer sans mon aide.

P1080588

IMG_4211

Ce livre a été publié par A & C Black à Londres, maison d’édition rachetée par Blumsbury, à qui j’ai écris et qui m’ont répondu en me disant qu’ils ne pouvaient me renseigner sur ce sujet mais qu’eux-mêmes ne possédaient pas les droits de ce livre.

Voilà donc toutes les raisons pour lesquelles je ne peux vous offrir ces anciens modèles … il reste cependant le château et son jardin mais j’attends encore pour savoir s’il n’existe pas un copyright…

Je voulais aussi vous parler de l’économie de mon site. Les frais d’hébergement de mon site ne sont pas couverts par la publicité que je ne tiens pas à avoir envahissante. J’ai donc mis une Boutique qui me procure ainsi quelques euros de plus pour faire vivre ce site. Je sais que l’on m’a reproché le fait que mes modèles étaient peu chers par rapport aux autres modèles. En effet, du fait que mes modèles sont en téléchargement je n’ai pas de frais (encre, papier, emballage, frais de port) ainsi je peux baisser mes prix et faire profiter le maximum de personnes de ces modèles.

A bientôt pour de nouveaux posts plus amusants !