C’est ce marquoir que vous avez préféré et je n’avais pas pensé que ce serait celui là qui gagnerait… Je suis donc un peu en retard sur mon travail.

Je pensais à Alice ou Joséphine où j’étais plus avancée mais j’aime aussi Françoise et depuis quelques jours où je brode dans ses points je m’attache à elle.

Marquoir de Françoise

En effet je pense à elle, née dans les années 1880 probablement, après le Second Empire et sous la IIIe République, les crinolines se sont envolées et font place aux tournures, aux plissés, si bien peints par les « Impressionnistes ».

En janvier 2013 j’avais été éblouie par ces années là en allant voir l’exposition « L’Impressionnisme et la Mode » au Musée d’Orsay à Paris. J’ai contemplé un grand moment le tableau d’Auguste Renoir « Danse à la ville » : la robe, son dessin, le mouvement de la danse … je rêvais.

Et on se demande toujours  : qu’est-il arrivé à cette femme ? A-t-elle été heureuse ? Comment vivait-elle ?

Danse en ville Renoir

Et Françoise Navoizat ? Née à cette époque, peut-être en Bourgogne ayant vu sur Geneanet que de nombreuses familles Navoizat était originaires de Saône-et-Loire, qu’a-t-elle vécu ?

Je m’imagine qu’elle était en deuil (les lettre noires de l’alphabet -assez rares pour un marquoir- sont peut-être un signe). Ensuite aucun signe religieux sur ce marquoir indique qu’elle l’a peut-être brodé dans une école publique.

Enfin cette petite fille vivait-elle à la campagne parmi les fleurs qu’elle a choisi de broder ? Elle me paraît sage et organisée, peut-être déjà avec de nombreux frères et sœurs à s’occuper …

Ressemble-t-elle à cette petite fille née en 1891, elle aussi en deuil, à coté de ses deux frères ?…

Bos Maurice Madeleine et Jacques Bos 1890

Autre énigme que vous pourrez peut-être résoudre : je n’ai pas trouvé dans ma documentation la provenance des alphabets : Sajou, Alexandre, Cartier-Bresson, DMC  ou autre ?

Comme Geneviève Dormann dans l’introduction au Livre du Point de croix : « je cherche l’ombre de petites filles d’autrefois … dont j’aime à deviner les secrets que le temps n’effacera jamais tout à fait. Leurs noms désuets, leurs harmonies de couleurs, le choix des motifs, les dédicaces naïves et même leurs oublis ou leurs erreurs m’en disent long. Surgies du XVIIIe siècle, du Second Empire, de la Belle poque ou des Années Folles, toutes ces petites Joséphine, Emelie, Germaine, Alice, Jeanne ou Valentine de Lille, de Marseille, de Bordeaux, de Nantes ou de Strasbourg ont fixé à jamais au point de croix, leurs élans sentimentaux ou pieux, leur espièglerie ou leur nostalgie. L’hypocrite se distingue de la naïve, la brouillonne de l’attentive, celle qui avait de l’imagination de celle qui n’en avait pas. »

Nous allons donc broder ensemble ce marquoir de Françoise pas à pas comme nous en avons l’habitude. Pas besoin de s’inscrire, sauf à la newletter pour ne pas rater les différentes parties qui seront offertes. Je pense qu’il y aura environ une trentaine de parties. Le marquoir comptera environ (à quelques points près) 280 points de largeur sur 290 point de hauteur. J’ai prévu une vingtaine de cotons Moulinés de chez DMC.

 

P1070388

Je brode mon marquoir au petit point avec deux fils de Mouliné sur un fil de trame et sur une toile de lin 11 fils au cm.

La dimension de ma toile est de 45 cm sur 49 cm. Je prévois environ 7 à 8 cm autour de la broderie.

Bien sûr libre à vous d’interpréter, de broder sur deux fils au point de croix, de changer de couleurs, de fils, de toile … Je vous demande seulement de m’envoyer la photo de vos réalisations en bonne résolution et la permission de publier la photo sur le site des trésors de boîtes à couture. Je remercie toutes celles qui m’ont suivie depuis le marquoir 1900 … et avec lesquelles des liens se sont tissés.

La grille du marquoir Françoise a été téléchargeable jusqu’au début du mois de Mai 2015.

Elle est désormais en vente à la Boutique pour 6 €