J’ai beaucoup aimé les années 80, on est toujours un peu nostalgique en repensant à ses années de jeunesse, cependant je pense que ces années là ont été marquées par une grande liberté dans le domaine des arts décoratifs, un foisonnement.
Le journal Cent Idées a marqué un tournant : on faisait de la couture parce que c’était amusant et non par esprit d’économie, par un besoin de créer, d’inventer … de plus en plus de femmes travaillaient et pouvaient décorer leur maison, s’habiller comme elles l’entendaient “plus qu’un tissu le Liberty est une façon de vivre” nous disait Cent Idées … et encore ” Ah les beaux jours en rose et bleu en Liberty”ou “folie pour un Liberty” … C’est en plus un tissu si agréable à porter !

 

Une grande partie de la collection de certaines grandes marques étaient en Liberty, Cacharel d’abord qui cette année pour fêter les 50 ans de la marque réédite la robe que je portais dans ces années-là (en dessous à droite) c’étaient des robes de prêt-porter accessibles à bon nombre.
Je me souviens aussi que les serviettes de toilette Cacharel étaient bordées de Liberty.

J’avais déjà l’esprit récup et avais agrémenté les robes en Liberty de mes filles de cols taillés dans de vieux jupons. je portais la mienne sur un cache corset en broderie anglaise.

En ce qui concerne la layette, Modes et Travaux (qui avait pour rédactrice en chef Dominique Roche qui lancera plus tard Marie Claire Idées) proposait des modèles en Liberty créés par la marque Petit Faune. Cyrillus et Jacadi se lancent à cette époque et leurs collections étaient aussi sous le signe du Liberty.

Il faut aussi parler d’une très belle qualité de Liberty dont on a moins parlé que le Tana Lawn, c’est l’étamine de laine. C’est avec cette qualité que l’on faisait les robes d’hiver pour enfants avec de merveilleux smocks, de grands châles très fleuris ou aux impressions cachemire.