L’année qui suivit l’Exposition Universelle de 1889 Liberty installa à Paris la Maison Liberty au 38, avenue de l’Opéra.
Le succès immédiat permit d’ouvrir une plus grand boutique au 3, boulevard des Capucines avec de vastes salons style Empire, comme chez les grands couturiers parisiens et un salon pour enfants où l’on pouvait commander les fameux smocks Liberty.
Au rez-de-chaussée de la boutique on vendait des foulards, des châles, des indiennes, des coussins et des objets d’art orientaux. Les visiteurs américains de passage à Paris constituaient une clientèle passionnée et assidue.
La crise de 1929 et de nouveaux tarifs douaniers promulgués en 1932 entraînèrent la fermeture du magasin parisien.

Dans les années 30 la gamme de motifs floraux (petites fleurs denses) créée par Liberty compta parmi les productions les plus influentes du moment. Cette influence a perduré et le terme “imprimé Liberty” évoque l’image de ces tissus dont beaucoup furent réédités dans les années 60 et que les couturiers Cacharel et Daniel Hechter ont rendus populaires.

A la fin des années 60, les chemises étaient à fleurs … les foulards aussi (celui-ci m’avait été offert à cette époque). Que de souvenirs liés à ces imprimés fleuris qui nous promettaient des jours heureux … C’était 1968, les garçons avaient les cheveux longs, les filles portaient des mini-jupes et un foulard Liberty

Au milieu des années 70, l’acquisition d’une usine d’impression en France permit une trouvaille spectaculaire, avec la redécouverte de dessins originaux de Raoul Dufy. Ceux-ci furent retravaillés par l’atelier de Wandsworth et donnèrent naissance à la collection Dufy de 1978, avec ses modèles Pivoines, Hortensias, Tulipes, Anémones, Liserons.