J’ai appris hier le décès de Geneviève Dormann survenu la semaine où l’on vendait à Drouot les collections de Régine Deforges. Vous pouvez télécharger le catalogue de la mise en vente ICI.

Malgré un peu de tristesse puisqu’une page des années 80 se tourne, j’ose imaginer que ces deux dames anticonformistes se sont retrouvées. Elles aimaient tellement la vie, gourmandes et provocantes je les revois dans l’émission de Bernard Pivot, leur ouvrage à la main, causant littérature et féminisme. Après les années soixante nous avions repris goût avec elles aux travaux d’aiguilles, elles nous ont donné l’envie de créer par nous-même.

Le “Livre du point de croix” dont elles étaient les auteurs reste pour moi et pour beaucoup d’entre nous “La Bible du point de croix”. L’année suivante le livre “Marquoirs” nous faisait redécouvrir les ouvrages de nos grands mères.

P1080011

Geneviève Dormann  écrivait  : “… la broderie au point de croix n’est pas seulement un passe-temps plus ou moins utilitaire. Son résultat importe moins que son élaboration, la concentration qu’elle requiert, la puissance de rêve ou d’évasion qu’elle favorise.

Plus loin : “De même que certains paysages sont à jamais marqués par les livres que nous avons lus, les broderies irradient des ondes de tristesse, de joie ou de malice. C’est pourquoi le morceau de canevas ou d’étoffe où l’aiguille traîne à sa suite les fils couleur de rubis, d’indigo ou de jade garde longtemps la trace des moments précis d’une vie que, seule, la brodeuse peut encore décrypter longtemps après; ici c’était un chagrin ou un plaisir d’amour, là, une attente impatiente ou la sérénité amicale d’un soir d’été.

A la fin du Livre du point de croix, elle partageait avec nous son marquoir.

P1080013

L’an dernier à la même époque j’étais à Paris au Salon de l’Aiguille en Fête et par hasard j’ai déniché sur un stand un fascicule qui provenait de la collection de Geneviève Dormann. Ce n’est pas tant pour les modèles, dont j’avais la plupart, mais bien pour la signature de Geneviève Dormann à l’intérieur et le cachet de la boutique de Laurence Roque que j’ai acquis ce fascicule.

19594741959475

J’ai recopié un papillon (dont j’ai changé les couleurs) venant de ce fascicule américain qui regroupe d’anciens modèles DMC, et je vous l’offre ICI, petit souvenir de ces dames qui aimaient broder et qui nous conseillaient à la fin du livre du point de croix : “Et maintenant, amusez-vous“.

Papillon 2015