Le couvre-lit d’Elise

Ces dernières vacances sur l’Atlantique m’ont amenée à  séjourner dans ma famille et j’ai fait la découverte du couvre-lit que ma grand-mère Elise, (encore elle…)  aurait crocheté ou tricoté  il y a probablement une centaine d’années.

Bien sûr c’est émouvant, en plus je le trouve superbe mais un peu déconcertant car je suis incapable de refaire cette sorte de fleur au milieu d’un hexagone. Je n’ai jamais vu un motif similaire expliqué.

J’ai pensé à un motif de crochet irlandais mais je n’ai rien trouvé, j’ai pensé à un motif tricoté aux aiguilles car ma grand-mère aimait beaucoup le tricot mais là encore mes recherches furent vaines.

Même les franges sont mystérieuses … je ne saurai les refaire et ne comprend pas la technique utilisée.

Cependant je reconnais des brides au crochet (aspect ajouré) tout en étant très perplexe au sujet des nopes…

Alors je fais appel à vous et compte sur vous pour m’éclairer sur les talents de ma grand-mère.

J’attends vos commentaires avec impatience.

Le couvre-lit d'Elise

 

 

 

 

 

Joyeuses Pâques

Le jour de Pâques étant la plus grande fête des catholiques, j’ai pensé que c’était le jour de vous parler des ornements religieux anciens.

Ces ornements des siècles précédents sont souvent brodés sur soie, foisonnent de couleurs et de décors, quelquefois bien conservés dans certaines églises ou dans certains musées. Des expositions leur ont même été consacrées.

Dans un article paru dans le journal De Fil en Aiguille n° 22 en décembre 2001 Christine Bedel y consacre un article, elle nous les fait découvrir et nous en raconte l’histoire.

Depuis le Moyen Age et jusqu’au début du XX° siècle ces ornements sont brodés de soie ou d’or, les motifs symboliques foisonnent : colombes, agneaux, roses, lys, coeurs, palmettes, feuilles d’acanthe … Quelques photos viennent illustrer ses propos et proviennent d’un catalogue d’Aymeric de Villelume, expert en art, spécialisé dans les tissus anciens. Les catalogues des ventes sont disponibles sur son site et font rêver ….

J’ai choisi aujourd’hui d’être plus modeste et de vous montrer un pavillon de ciboire que ma mère avait sauvé … du feu.

Je l’ai gardé en souvenir  comme un petit trésor … du passé. De plus je pense que peut-être ce pavillon de ciboire qui doit être blanc et or était sur l’autel le jour de Pâques, toutes les fleurs peintes sur la soie étant des fleurs de printemps.

 

 

 

Primevères

De Toulouse je ne vous ai pas ramené des violettes mais des primevères …

Elles sont brodées depuis Septembre 1806, sûrement sur une soie au passé empiétant, et d’après mes déductions par une jeune fille de 14 ans. Les couleurs restent printanières, les oiseaux et les papillons vifs malgré leurs ans …

Tous les jeudis je déjeunais chez ma grand-mère où ces paniers de fleurs étaient en bonne place : en face de la table familiale. Je pense que c’est peut-être ce tableau qui m’a fait aimer la broderie…

 

Papillons de fin d’été

Un papillon s’est posé sur ma fenêtre … je me suis renseignée et il s’agit d’un “paon du jour”.

Symbole de légèreté, de beauté, de renaissance il apparait souvent sur les marquoirs. Très bientôt vous en découvrirez sur le marquoir de Jean Baptiste sur lequel je travaille.

Puis j’ai reçu de jolis petits papillons en cadeau … merci Ray.

Enfin je relis Peter Pan de James Matthew Barrie dans un livre ancien illustré par Arthur Rackham et je trouve le graphisme très moderne. Ces fées sont d’une légèreté merveilleuse ….

Enfin quelques chromos de l’ère victorienne, c’est à cette époque que les fées se popularisent.

Un coin d’atelier

Vu le temps en ce moment, je suis souvent dans mon atelier dont je partage avec vous un coin aujourd’hui :

une coiffe ancienne que j’ai encadrée, des boites, pochettes, des abécédaires que j’ai composés il y a quelques années … et dont je vous proposerai les grilles bientôt.