Un foulard ombré

Je l’avais commencé au printemps dernier et viens de le terminer avec les premiers froids.

J’avais acheté le kit chez Jeux d’Aiguilles, boutique de laines de la rue Condorcet à Grenoble. Il existe dans de nombreux coloris. La laine mérinos de ce kit est très agréable à tricoter et très douce. Vous pourrez vous procurer le kit sur de nombreux sites notamment sur le site Sperenza

Vous pourrez aussi trouver le modèle gratuit sur le site de la laine Katia.

Le modèle ne présente pas de grandes difficultés et il est très clairement expliqué.

Une fois tricoté et les fils arrêtés il faut  laver ce foulard et le bloquer. En se détendant il prendra sa forme, ondulée et ajourée.

 

Calendrier 2017 – Septembre

C’est une couronne d’oeillets d’Inde que je vous propose en cette fin de mois de septembre. Son parfum me rappelle toujours les jardins de mon enfance à la fin de l’été.

Lorsque le calendrier était révolutionnaire cette petite fleur était appelée tagète et était fêtée le 4 septembre ou plutôt le 19 fructidor.

Ses couleurs automnales m’ont rappelé une autre couronne brodée au ruban et parue dans le numéro 74 de Marie Claire Idées.

Enfin voici la grille en couleur que pouvez télécharger ICI en noir et blanc et en couleur.

Bonnes broderies !

 

Calendrier 2017 – Juillet

Marguerites, coquelicots et bleuets fleurissent en juillet. On les nomme aussi fleurs de France puisque par leurs couleurs elles symbolisent le drapeau français.

Mais  le coquelicot et le bleuet furent aussi les symboles de la guerre de 1914- 1918. En ce 14 juillet 2017 ou nous commémorons l’entrée en guerre des Etats Unis à nos côtés en 1917, je vous invite à lire sur le site Paysages en bataille les raisons pour lesquelles les fleurs de notre couronne de juillet nous rappellent l’histoire de cette malheureuse guerre.

Je suis d’autant plus attachée aux récits et traditions de cette première guerre mondiale que mon père y a participé. Par ailleurs concernant l’oeuvre du Bleuet de France c’est la cousine de ma grand-mère, Charlotte Malleterre, qui a été une des instigatrices de cette oeuvre.

J’ai conservé un ancien bleuet en tissu confectionné par les invalides dans une boite fabriquée et peinte par un blessé et offerte à une infirmière de la famille.

 

Voici donc cette couronne de juillet dont je vous offre la grille en couleur et en noir et blanc.

Pour finir voici une carte des fleurs de France de ma collection.

 

Anvers, sur les traces de Dymphne

Je vous avais promis un dernier propos sur le marquoir de Dymphne.
Je l’ai terminé  il y a quelque temps mais je pensais avant revenir à Anvers où Dymphne a vécu au 17e siècle pour découvrir les traces de son existence.

Par un beau matin de la fin du mois de mai avec mes enfants et petits enfants nous avons parcouru les rues du centre d’Anvers.

Tout d’abord je voulais voir “en vrai” la Maison Mercator Ortélius où Dymphne est née.

Voici la plaque explicative sur la maison.

Et la voilà telle que je me la représentai …

C’est l’arrière grand père de Dymphne qui en 1547 avait été le premier acquéreur de la propriété de la rue du Couvent Saint Michel ( aujourd’hui 15 Kloosterstratt ). Son père s’éteignit dans cette maison le 7 avril 1667 à l’âge de 82 ans, elle y était née le 15 avril 1633.

La maison passa près de deux siècles plus tard, en 1698, à la famille de Witte qui érigea au fond de la première cour l’édifice à façade Louis XIV et qui porte le millésime de 1698

Hélas nous n’avons pas pu voir les deux statues en réfection, après renseignements pris auprès des personnes qui occupent les lieux en ce moment (un décorateur qui expose des meubles et des photos).

J’avais en mémoire la photo trouvée dans un livre familial “Recueil de l’Office généalogique et héraldique de Belgique” article de Francis de Decker.

Les deux statues représentent Bacchus et Vénus elles sont dues à Faid’herbe contemporain de Rubens.

Nous avons pu visiter l’intérieur de cette maison avec émotion et découvert une superbe cheminée.

dont voici le détail :

Le plafond d’une immense salle est du 18e siècle mais cela m’a rappelé les dessins géométriques du marquoir.

Après avoir quitté cette maison qui reste encore pleine de secrets depuis sa fondation par un lointain parent nous sommes allés à l’église Saint André, paroisse de la Famille et donc de notre Dymphne.

Après avoir fait le tour de cette belle église de style baroque je me suis dirigé vers une sorte de sacristie où était exposé statues et tableaux et là je découvrais une belle surprise … Sainte Dymphne dont vous trouverez la biographie ou plutôt la légende ICI

Nous avons encore visité et parcouru Anvers avec ses magnifiques églises, dont Saint Paul où de superbes tableaux montrent Anvers à l’époque de Dymphne.

Et pour terminer voici la Grand Place avec l’Hotel de Ville à gauche où probablement Dymphne a mis ses pas.

Calendrier 2017 – Juin

Le mois de juin est le mois des fruits rouges, les fleurs de la couronne de ce mois sont des fleurs de fraisiers.

Voici la grille de cette couronne ICI avec les symboles et LA en couleur.

Ce mois-ci je suis revenue au Musée de Grenoble voir la très belle exposition sur Fantin Latour, un de mes peintres préférés, qui a su peindre les fleurs et les fruits d’une manière si exceptionnelle. L’exposition s’est terminée le 18 juin mais en souvenir voici deux photos des toiles qui m’ont le plus touchée et qui montrent des fruits rouges pour en revenir à notre couronne de juin.

Nous voici déjà au milieu de l’année et voici les six couronnes qui seront en vente à la Boutique dans le courant du mois de Juillet au prix de 6 €. D’ici là elles sont encore TOUTES GRATUITES.

C’est aussi très bientôt le mois des soldes et comme tous les ans à partir du 28 juin la Boutique des trésors de boîtes à couture baissera ses prix. Vous pourrez ainsi en profitant de ces soldes partir en vacances avec un ouvrage à broder.

Bonnes vacances à toutes !

 

 

 

 

 

 

 

Calendrier 2017 – Mai

La couronne de ce mois de Mai est une couronne d’oeillets, oeillets d’Inde, de fleuriste, de poète, de Grenoble …

Ces fleurs un peu démodées évoquent pour moi la Fête des Mères dans les années 50, mon père et moi offrions toujours ce jour là à ma mère un bouquet d’oeillets roses.

L’oeillet qui fleurit dès le mois de Mai était porté à la boutonnière pour les occasions festives. Lors des mariages l’oeillet était blanc; il pouvait pour des soirées se porter rouge.

Je vous avais déjà parlé de cette fleur lorsque nous avons brodé le marquoir d’Eugenie. J’espère que vous broderez cette couronne avec plaisir peut-être pour la Fêtes des mères. J’ai mis environ sept heures pour la broder, vous avez donc encore le temps.

La grille de cette couronne est à télécharger ICI (grille en noir et blanc avec symboles) et LA (grille couleur).

Pour terminer j’ai trouvé pour vous dans mes petits trésors une carte postale ancienne avec de beaux oeillets.